Présentation de l’équipe

CODIRECTRICES ET PSYCHOLOGUES

*Les codirectrices de la Clinique d’anxiété de Laval dirigent la clinique et encadrent la pratique des psychologues et des doctorants en psychologie. Elles pratiquent également à titre de psychologues, et sont membres de l’Ordre des psychologues du Québec. Elles supervisent aussi les doctorants en psychologie qui pratiquent à la clinique.

DANIELLE GAREAU, M.A., est la cofondatrice et codirectrice de la Clinique d’anxiété de Laval. Elle possède une maîtrise en psychologie. Elle est psychologue et membre de l’Ordre des psychologues du Québec depuis 1988 (no permis : 05110-88). En plus de la pratique privée, elle a travaillé comme coordonnatrice et psychothérapeute dans de nombreux projets de recherche clinique (TAG, TPA, TOC, tics) au Centre de recherche Fernand-Seguin et au Module de thérapie béhaviorale de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine (actuellement l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal) entre 1989 et 2002. Elle est coauteure de plusieurs articles scientifiques portant sur le traitement de différents troubles anxieux.

MYRA GRAVEL CREVIERPsy.D./Ph.D., est codirectrice de la Clinique d’anxiété de Laval avec Mme Gareau depuis février 2017.  Elle détient un doctorat en psychologie profil recherche et intervention et est membre de l’Ordre des psychologues du Québec (no permis : 12508-15). Sa thèse doctorale portait sur les liens entre l’état de stress post-traumatique et le soutien social. Elle a complété sa formation clinique en effectuant des stages spécialisés à la Clinique des troubles anxieux de l’Institut Douglas, au Programme d’aide aux policiers et policières du SPVM ainsi qu’à la Clinique des services psychologiques de l’UQÀM. Elle a travaillé auprès de la clientèle rapportant des symptômes anxieux, traumatiques et dépressifs et de leurs proches et  des couples, ainsi qu’auprès de la clientèle policière, des métiers d’urgence et des anciens combattants. Elle utilise les stratégies d’approche cognitive comportementale en combinant des stratégies d’acceptation et d’engagement et de pleine conscience. Durant ses études au doctorat, elle a travaillé en recherche au Centre d’étude sur le trauma de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal en tant qu’évaluatrice clinique et professionnelle de recherche. Elle a rédigé des articles scientifiques, des chapitres de livre, offert des conférences, participé à plusieurs congrès scientifiques d’envergure et réalisé des entrevues télévisées. De 2014 à 2016, elle a également travaillé auprès de l’équipe multidisciplinaire du groupe de médecine familiale du Centre médical Laval. Elle s’est jointe à la Clinique d’anxiété de Laval en 2014. Vous pouvez visiter son site internet pour plus d’information.

PSYCHOLOGUES

*Tous les psychologues à la Clinique d’anxiété de Laval détiennent une maîtrise ou un doctorat en psychologie, et sont membres de l’Ordre des psychologues du Québec. Les psychologues possèdent une formation, une expertise ou de l’expérience auprès de la clientèle présentant des symptômes anxieux et dépressifs. Ces derniers été formés à la thérapie approche cognitive comportementale (TCC).

PAULE MORIN, M.Sc., Ph.D., est psychologue. Elle détient un doctorat en psychologie recherche-intervention. Elle est membre de l’Ordre des psychologues du Québec depuis 1997 (no permis : 08099-97). Elle travaille comme psychologue à la clinique externe du centre multiservices de santé et de services sociaux de l’hôpital Rivière-des-Prairies. Elle s’implique dans la supervision de jeunes professionnels et offre des conférences et des formations aux intervenants en santé mentale. Elle est coauteure du livre Troubles mentaux chez les enfants et les adolescents : Prévenir, repérer tôt, intervenir. De surcroît, elle œuvre en pratique privée depuis 1999 auprès d’adultes présentant diverses problématiques dont les troubles anxieux, les troubles de l’humeur, l’épuisement professionnel, les troubles de l’alimentation et les problèmes relationnels. Elle s’est jointe à l’équipe de la Clinique d’anxiété de Laval depuis 2013.

MARIE-ÈVE ST-PIERRE-DELORME, Ph.D., possède un doctorat en psychologie recherche-intervention et est membre de l’Ordre des psychologues du Québec (no permis: 12651-15). Sa formation clinique s’est déroulée dans trois différents milieux de stages: Clinique d’oncologie de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Clinique des troubles anxieux de l’Institut Douglas, Clinique des services psychologiques de l’UQÀM. Sa thèse de doctorat a porté sur le trouble obsessionnel-compulsif. Elle est coauteure d’un manuel de traitement sur le trouble obsessionnel compulsif et offre de la formation dans ce domaine. Elle est psychologue psychothérapeute et exerce en pratique privée à la Clinique d’anxiété de Laval depuis 2013.

Annick Moisan, psychologue

ANNICK MOISAN, Ph.D., est psychologue, membre de l’Ordre des psychologues du Québec depuis 2014 (numéro de permis : 12425-14). Elle détient un doctorat en psychologie recherche-intervention. Dans le cadre de sa recherche doctorale portant sur la compétence sociale des enfants agressifs à la maternelle, elle a publié des articles scientifiques et participé à des congrès internationaux. Sa formation clinique s’est déroulée au Centre de services psychologiques de l’UQAM, à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont dans le département de pédiatrie (0-18 ans) et à la Commission scolaire des Affluents en tant que psychologue scolaire en école spécialisée pour enfants ayant des troubles neurodéveloppementaux complexes en rupture de fonctionnement. Elle se spécialise auprès des enfants âgés de 6 ans et plus, ainsi qu’auprès des adolescents et des adultes pour les troubles anxieux, troubles de l’humeur, trouble déficitaire de l’attention (adaptation, stratégies de gestion), gestion des émotions, estime de soi, affirmation de soi, difficultés relationnelles et guidance parentale. En clinique infantile elle propose une collaboration impliquant à la fois l’enfant et le parent afin de favoriser l’application des stratégies dans la vie quotidienne. L’approche privilégiée est la thérapie cognitive comportementale avec au besoin le soutien de stratégies de la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT). Elle s’est jointe à la Clinique d’anxiété de Laval en 2016.

VALÉRIE FRÉCHETTE , D. Ps., possède un doctorat en psychologie clinique et est membre de l’Ordre des psychologues du Québec (numéro de permis : 13179-17).  Elle travaille également à la Clinique des troubles de l’attention à l’Hôpital Rivière-des-Prairies depuis juillet 2017. De 2012 à 2016, elle a travaillé dans une clinique spécialisée de pédopsychiatrie à l’Hôpital Rivière-des-Prairies. Elle a effectué sa formation clinique au programme d’hospitalisation/hôpital de jour pour adolescents de l’Institut Douglas, de même qu’au programme de santé mentale jeunesse du CSSS Vaudreuil-Soulanges. Ses diverses expériences de travail l’ont amenée à intervenir auprès de gens ayant des problématiques variées telles des troubles anxieux, troubles de l’alimentation, troubles de l’humeur et trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité. Elle détient une expérience dans le traitement des problématiques complexes et troubles concomitants. Elle s’est jointe à l’équipe de la Clinique d’anxiété de Laval en 2016.

VICKIE AUCLAIR, D. Psy. détient un doctorat en psychologie clinique de l’Université de Montréal, et est membre de l’Ordre des psychologues du Québec (numéro de permis : 13259-18). Elle a complété son stage spécialisé à la Clinique de psychologie de l’Université de Montréal où elle a eu l’occasion d’intervenir auprès d’une population ayant des problématiques diversifiées (p. ex., troubles anxieux, troubles de l’humeur, troubles de l’alimentation et difficultés de sommeil). Elle a effectué ses internats spécialisés à la Clinique des troubles anxieux et au Centre d’études sur les troubles obsessionnels compulsifs et les tics de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal. Elle a alors animé divers groupes de thérapie (p. ex., pour les troubles anxieux, le trouble obsessionnel compulsif et le trouble d’accumulation compulsive). De plus, pendant plusieurs années, elle a été activement impliquée au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal où elle a effectué des évaluations auprès d’individus souffrant du syndrome de Gilles de la Tourette et des suivis thérapeutiques chez une clientèle atteinte du trouble obsessionnel compulsif. De plus, lors de ses études doctorales, elle a animé plusieurs groupes de thérapie auprès d’individus souffrant de schizophrénie à l’Institut universitaire en santé mentale Douglas. Elle a rédigé un article scientifique portant sur les données probantes dans le traitement du TDA/H chez l’adulte, a offert plusieurs conférences et a participé à de nombreuses formations cliniques. Elle s’est jointe à la Clinique d’anxiété de Laval en 2016.

ARIANE SÉGUIN-LEMIRE, détient un doctorat en psychologie clinique (D. Psy.) à l’Université du Québec à Montréal, et est membre de l’Ordre des psychologues du Québec (numéro de permis : 13429-18). Elle a complété un stage au Centre de Service Psychologique de l’UQAM où elle intervenait auprès des enfants, des adolescents et des jeunes adultes ainsi qu’auprès de leur famille. Elle a ainsi assuré l’évaluation et le suivi auprès d’une population ayant des problématiques diversifiées (troubles anxieux, troubles de l’humeur, TDAH, troubles d’opposition et difficultés relationnelles). Elle a aussi assisté à diverses formations cliniques. Dans le cadre de son essai doctoral portant sur la régulation des émotions chez les victimes d’agression sexuelle pendant l’enfance, elle a publié un article scientifique et a participé à plusieurs congrès internationaux. Elle s’est jointe à la Clinique d’anxiété de Laval en janvier 2017.

JUSTINE CHARROIS, Ph.D possède un doctorat en psychologie recherche-intervention et est membre de l’Ordre des psychologues du Québec (no de permis : 13776-19). Elle a complété un stage au centre de services psychologiques de l’UQAM ainsi qu’aux clinique externes en psychiatrie du CISSS de Lanaudière. Dans son parcours, elle a travaillé avec des individus ayant des problématiques variées, telles que des troubles anxieux, des troubles de l’humeur, des troubles de personnalités, des difficultés personnelles et relationnelles et bien plus. Elle a également suivi des formations cliniques diversifiées. Elle a participé à de nombreux congrès scientifiques et a contribué à plusieurs projets de recherche au cours de ses études universitaires. Elle s’est jointe à la clinique d’anxiété de Laval en 2017.

JULIEN MORAND, D. Psy., possède un doctorat en psychologie clinique et est membre de l’Ordre des psychologues du Québec depuis septembre 2020 (numéro de permis : 13948-20). Il a débuté sa formation clinique lors d’un stage au Centre de services psychologiques de l’UQAM et a réalisé l’intégralité de son internat clinique au sein du Groupe de médecine familiale des Faubourgs à Montréal. Ces expériences lui ont permis de se familiariser avec une clientèle adulte présentant des problématiques diversifiées, dont des symptômes anxieux et dépressifs. En plus de sa pratique à la Clinique d’anxiété de Laval,  il travaille actuellement  à titre de psychologue en soutien psychologique pour les Services à la vie étudiante de l’Université du Québec à Montréal depuis octobre 2020. Il s’est joint à la clinique en juillet 2017.

ALIYA MUBARAK, Ph.D./Psy.D., possède un doctorat en psychologie recherche-intervention de l’Université du Québec à Montréal, et est membre de l’Ordre des psychologues du Québec (no permis: 14147-21). Elle a effectué ses internats cliniques au Centre jeunesse de Mascouche auprès d’enfants, d’adolescents et de leurs parents, et y travaille actuellement parallèlement à sa pratique privée. Elle a également complété un premier stage dans l’approche cognitive comportementale, au Centre de Service Psychologique de l’UQAM, où elle a fait de l’évaluation et de l’intervention auprès des enfants, des adolescents, ainsi que de leurs parents. Aliya a assisté à diverses formations cliniques, et a participé à plusieurs congrès internationaux. Elle a également publié un article scientifique portant sur la qualité de l’attachement parent-enfant et la régulation sensorielle chez de jeunes enfants suivis en pédopsychiatrie au CHU Ste-Justine. Elle s’est jointe à la Clinique d’anxiété de Laval en mai 2018.

DOCTORANTS EN PSYCHOLOGIE

*Tous les doctorants en psychologie détiennent un baccalauréat en psychologie et poursuivent actuellement leurs études supérieures au doctorat en psychologie d’une durée approximative de 4 à 8 ans. Ces derniers ont tous complété préalablement un premier stage clinique supervisé au centre de services psychologiques de leur université respective ou sont plus avancés dans leur internat. Les doctorants en psychologie doivent compléter un total d’environ 2300 heures de stage clinique en plus d’un essai doctoral ou d’une thèse afin de terminer leur doctorat et d’obtenir le titre de psychologue. Tous les doctorants en psychologie sont inscrits au registre de l’Ordre des psychologues du Québec, et ont l’autorisation de pratiquer sous la supervision d’un psychologue. À la Clinique d’anxiété de Laval, nos doctorantes en psychologie reçoivent de la supervision régulière par les codirectrices de la clinique. Nos doctorantes en psychologie ont de l’expérience en recherche, de la formation dans l’approche cognitive comportementale ainsi que de l’expérience auprès de la clientèle présentant des symptômes anxieux et dépressifs.

JOËLLE KHALIL, B.Sc., est candidate au doctorat en psychologie dans le profil professionnel (D. Psy.) à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM). Elle est inscrite au registre des doctorants en psychologie de l’Ordre des psychologues du Québec. Elle est supervisée par la psychologue Danielle Gareau. Elle a complété un stage au centre de services psychologiques de l’UQÀM, où elle a évalué et traité des individus ayant des problématiques diverses, telles les symptomatologies anxieuses et/ou dépressives, les difficultés d’adaptation ainsi que les problèmes relationnels ou affectifs. Elle a complété un internat à la clinique des troubles anxieux et de l’humeur du programme des services spécifiques de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal (CIUSS de l’Est-IUSMM). Elle complète présentement son dernier internat en clinique externe de psychiatrie générale au Centre de services ambulatoire en santé mentale René-Laennec (affilié à l’hôpital de la Cité-de-la Santé), du Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval (CISSS de Laval). Durant ses internats, son mandat incluait (1) l’évaluation et l’intervention auprès d’une clientèle variée présentant une symptomatologie d’intensité modérée à sévère, en comorbidité à des enjeux de personnalité, (2) la co-animation de groupes de psychothérapie comportementale, de pleine conscience et d’ACT sur la dépression, (3) le suivi des patients en contexte multidisciplinaire et (4) la participation à diverses formations et consultations cliniques. Elle coordonne son projet d’essai doctoral en cours, portant sur l’ajustement des mères de jeunes enfants ayant un trouble du spectre autistique, en collaboration avec le Centre de développement du CHU Sainte-Justine. Elle a participé à de nombreux congrès scientifiques au cours de son parcours universitaire. Elle s’est jointe à la Clinique d’anxiété de Laval en juin 2017.

GABRIELLE J.-NOLIN, ,B.Sc., est candidate au doctorat en psychologie dans le profil clinique et intervention (Ph.D) à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Elle est inscrite au registre des doctorants en psychologie de l’Ordre des psychologues du Québec. Elle est supervisée par la psychologue Myra Gravel Crevier. Ses expériences cliniques sont principalement avec des jeunes et des adultes présentant un ensemble de problématiques (p.ex., troubles de santé mentale et difficultés sociales et relationnelles). Elle a fait son premier stage dans l’approche cognitive comportementale au Centre de Services Psychologiques de l’UQAM, où elle a fait de l’évaluation et de l’intervention psychologique auprès d’enfants, d’adolescents, jeunes adultes et de parents. Elle travaille depuis plus de quatre ans comme intervenante psychosociale auprès de jeunes et de familles en difficulté. Sa thèse se penche sur la qualité de vie des enfants atteints du syndrome de Gilles de la Tourette. En plus d’avoir présenté ses recherches dans plusieurs congrès régionaux et internationaux, Gabrielle est co-auteure de plusieurs articles scientifiques. Elle a également assisté à plusieurs formations cliniques. Elle s’est jointe à la clinique en juin 2017.

ANAÏS MORIN-TURMEL est candidate au doctorat en psychologie dans le profil recherche-intervention (Ph.D./Psy.D.) à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Elle est inscrite au registre des doctorants de l’Ordre des psychologues du Québec. Elle est supervisée par la psychologue Myra Gravel Crevier. Sa thèse porte sur l’efficacité d’une thérapie conjugale offerte aux couples dont l’un des partenaires a une maladie cardiovasculaire. Sa formation clinique s’est effectuée à travers un stage au Centre de services psychologiques de l’UQAM, un internat au CLSC des Faubourgs de Montréal, ainsi qu’un internat au Programme d’aide au personnel policier de la Ville de Montréal. Elle travaille à titre de doctorante en psychologie depuis 2012. Au cours des dernières années, elle a été appelée à intervenir auprès de gens vivant des problématiques variées : problèmes relationnels et séparation, épuisement professionnel, dépression, anxiété, traumas, deuil, douleur chronique, remises en question professionnelles et difficultés d’adaptation. Elle a également développé une expertise face aux enjeux professionnels et familiaux que peuvent vivre les policiers, ainsi qu’aux réalités et défis associés aux missions de paix faites à l’étranger. Les impacts physiques, psychologiques et relationnels de la maladie chronique, ainsi que les questionnements et difficultés associés à l’orientation sexuelle font également partie de ses intérêts professionnels. Anaïs s’est jointe à la Clinique d’anxiété de Laval en janvier 2019.

PRÉ-ÉVALUATIONS TÉLÉPHONIQUES

CAMILLE LIVERNOCHE LEDUC, M. A., détient une maîtrise en psychoéducation de l’Université de Montréal sous la modalité évaluation de programme. Son projet a porté sur l’implantation et l’évaluation d’un programme d’intervention visant à prévenir les comportements sexuels problématiques chez les enfants victimes d’abus sexuels et/ou exposés à un environnement familial sexualisé en contexte de protection de la jeunesse. Elle poursuit présentement son cheminement académique à l’Université du Québec à Montréal dans l’optique d’appliquer au doctorat en psychologie dans le profil recherche-intervention. Elle est coauteure d’un article scientifique se penchant sur les critères permettant d’avancer qu’un programme d’intervention préventive ou curative produira des données probantes. Elle s’est jointe à la clinique en novembre 2019.


Recommandez cette page